Rechercher
  • bertrandidier

12 & 13 mars : 8èmes rencontres nationales du travail social en lutte


La présentation des journées :

Après Lille, Paris, Grenoble, les 8emes rencontres nationales du travail social en lutte auront lieu à Poitiers le weekend du 12 et 13 mars 2022!! Alors que les dernières rencontres à Aubervilliers avaient permis d'impulser la grève historique du 7 décembre et le mouvement qui en découle, réunissons-nous pour réfléchir et organiser la suite ! Le gouvernement et les patrons ne peuvent plus ignorer que les travailleurs et travailleuses du social et médico-social (en poste ou non et en formation) n'en peuvent plus et refusent la tournure donnée à notre secteur, a nos conditions de travail et d'études, et aux conditions d'accompagnement et d'aides sociales. Renforçons le mouvement en nous organisant entre collègues, étudiant.es, syndicats, collectifs pour créer les conditions d'une victoire sur nos revendications. Toutes et tous à Poitiers le samedi 12 et dimanche 13 mars 2022. Pour s'inscrire c'est ici RencontresTSenlutte@gmx.fr Plus d'informations ici : https://www.facebook.com/events/s/8emes-rencontres-nationales-du/661044288262810/


3 semaines après une série d’annonces de Jean Castex, ces 2 journées seront l’occasion de réfléchir collectivement à de nouvelles mobilisations car ces annonces apparaissent très floues ou en-deçà des revendications qui avaient accompagné plusieurs journées de grève ou de manifestation.


De nombreux articles parus dans la presse régionale, spécialisée ou militante permettent de mieux appréhender la diversité des annonces. Ainsi, les ASH se sont plus intéressés à la création d’un comité des métiers socio-éducatifs. Le Télégramme de Brest a rencontré deux parlementaires satisfaits de ces annonces qui devraient rendre certains métiers plus attractifs. Des travailleurs sociaux qu’a rencontrés Rue 89 à Strasbourg peuvent exprimer leur satisfaction d’avoir obtenu 189 € tout en étant scandalisé que les collègues des fonctions supports soient une nouvelle fois oubliés et laissés de côté ; de même apparaît scandaleux le projet de refonte des conventions collectives.


Concernant ce projet de refonte des conventions collectives et de ses dangers, découvrons et faisons connaître une vidéo très pédagogique qu’ont réalisée des camarades lyonnais.


A Grenoble, l’AG du travail social a elle aussi réagi vivement aux annonces du premier ministre :

« Nous nous sommes fait entendre mais le gouvernement et les patrons ne nous endormiront pas !


Face aux mobilisations du 7 décembre et du 1er février, le gouvernement ne pouvait plus faire comme si nous n’existions pas. Voilà pourquoi, il a décidé d’attribuer 183€ d’augmentation des rémunérations pour les filières socio-éducatives dans le public comme dans le privé.

Malheureusement, le compte n’y est pas :

183€ c’est moins que les 300€ que nous revendiquons pour rattraper le (quasi) gel du point d’indice.

Un certain nombre de collègues (assistantes familiales, filières administratives, techniques, et d'autres) pourraient être à nouveau exclus de cette augmentation.

Des travaux sur une réarchitecture des diplômes et des qualifications est annoncé. Pour rappel, les derniers décrets datent de 2018 et des mobilisations avaient déjà fait reculer en partie le gouvernement de l’époque sur leur volonté de créer un diplôme « unique ».


Pour lire la suite :

https://www.facebook.com/people/AG-Travail-Social-en-Lutte-Grenoble/100066377450673/


Dans un long article publié dans le quinzomadaire indépendant Lien social, Myriam Léon évoque une « revalorisation a minima » et insiste sur la méfiance qui s’exprime sur les réseaux sociaux. Elle rappelle que « la revendication première des salariés de terrain reste d’obtenir des moyens humains pour accompagner dignement les publics en situation de fragilité. Après des années d’abandon, pas sûr que l’entreprise de séduction de Jean Castex suffise à recoller les morceaux entre le secteur et ses professionnels ».


24 vues

Posts récents

Voir tout