Rechercher
  • bertrandidier

Asphalte


Lectrice de livres de bibliothèque de la ville de Paris, j’ai été attirée par ce court roman qui a reçu le prix des lecteurs des bibliothèques. Un choix qui mérite d’être consacré car ce premier ouvrage pour l’écrivain est réellement frappant et mérite aussi notre lecture. Ce livre a sincèrement un rythme et une histoire profondément douloureuse. Il raconte la vie d’un adolescent éprouvé par la souffrance des carences familiales trouvant dans la course à pied, un refuge, une fuite, une manière de déconstruire, d’évacuer, ce qu’il subit au quotidien.


Le récit est amené au fur et à mesure des efforts physiques et des rencontres de Victor. La rue le réconforte.


L’errance au rythme de la course à pied est extrêmement bien rendue par l’auteur qui se met dans la tête du jeune homme et éprouve avec lui la maltraitance subie autant au niveau psychique que physique.


Nous sentons aussi énormément le pavé parisien sous nos pieds quand nous lisons ce texte et c’est une prouesse d’écriture que de rendre aussi proche le lecteur de son environnement quotidien :


« J'accélère. Trace vers l'ouest. Au milieu des véhicules, des scooters, des trottinettes, des piétons encombrant les trottoirs en cette heure matinale, je sautille, jaillis, me libère. Au milieu des cinémas, des théâtres, des pubs et des cafés des grands boulevards, je me libère du monde. »


Bonne lecture !


Marie-Odile


Autre critique :

Exutoire sur macadam

Critiques libres
28 vues