Rechercher
  • bertrandidier

Elections départementales 2021 : 183 € pour tou.te.s !




De nouveaux salariés devraient bénéficier de la revalorisation salariale de 183 €, à compter du 1er octobre 2021 dans le public, à compter du 1er janvier 2022 dans le privé. Sont concernés cette fois-ci les salariés travaillant dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux, soit environ 90.000 personnes, financés par l’assurance maladie.


A noter que, concernant le privé, il s’agit d’un « accord de méthode » qu’ont signé deux organisations syndicales de salariés (CFDT et UNSA), la signature finale relevant des partenaires sociaux. Il est précisé qu’une conférence multipartite réunissant l’ensemble des financeurs sera réunie d’ici la fin de l’année pour prolonger les travaux sur l’ensemble du champ social et médicosocial. Seront en particulier concernés les départements qui financent également le handicap, et qui financent surtout tout le secteur social : protection de l’enfance, lutte contre les exclusions et la pauvreté, protection juridique des mineurs.


Dès novembre 2020, dans une question écrite au Ministre des Solidarités et de la Santé, le sénateur Jean-Pierre Moga attirait son attention « concernant l’absence d’équité sur le plan des revalorisations salariales pour les professionnels et les établissements du handicap, de la protection de l’enfance et du domicile ». Il insistait sur « la perte d’attractivité pour les secteurs exclus de la revalorisation [qui] se fait déjà ressentir sur le terrain : démissions, démotivations, tensions sociales, difficultés de recrutement » et lui demandait « d’étudier les solutions afin de parer à la dégradation du climat social dans les établissements concernés ».


6 mois après, nous devons constater l’absence de propositions concrètes en faveur des salariés du secteur social privé à but non lucratif.


Dans une lettre ouverte publiée le 27 mai, trois organisations professionnelles du secteur social et médico-social privé à but non lucratif (Croix-Rouge, FEHAP, et Nexem) ont renouvelé leur appel en faveur d’une revalorisation des salaires de tous les professionnels du soin et de l’accompagnement, sans toutefois exiger 183 € pour toutes et tous. A l’adresse des pouvoirs publics, cet appel devrait aujourd’hui concerner en priorité les principaux financeurs, c’est-à-dire les départements et, par conséquent, en cette période de campagne électorale, les candidates et candidats aux élections départementales.


Dans une déclaration publiée le 2 juin, FO exige de nouveau la réouverture d’une négociation salariale pour l’attribution des 183 € net / mois pour toutes et tous, sans contrepartie.

https://www.fnasfo.fr/vie-syndicale/fo-refuse-le-diktat-du-syndicat-des-employeurs-axess/


Les départements doivent plus financer l’action sociale, pour mieux répondre à des besoins sociaux toujours plus nombreux et combattre les inégalités, pour mieux reconnaître et valoriser tous les professionnels de l’action sociale qui agissent au quotidien auprès des personnes en situation de fragilité ou de vulnérabilité.


Des collectifs s’adressent d’ores et déjà aux candidats aux élections départementales, comme par exemple le collectif « Cause majeur ! » qui leur demande de s’engager pleinement pour la jeunesse de leur département.


Communiqué de presse du Communiqué de presse du Premier Ministre :

https://www.gouvernement.fr/partage/12305-accords-pour-une-revalorisation-salariale-des-professionnels-soignants-des-etablissements-et


14 vues

Posts récents

Voir tout