Rechercher
  • bertrandidier

Invisibilités, vulnérabilités, inégalités, etc.

Mis à jour : mai 7


N'arrivant toujours pas, depuis deux mois, à fournir aux travailleurs sociaux, accompagnant les populations les plus fragiles, des équipements de protection, la Direction Départementale de la Cohésion Social de Haute Garonne a eu une idée géniale : leur adresser des torchons pour qu'ils se fabriquent eux-mêmes des masques !


A découvrir sur le blog de Lien social - Médiapart (cliquer ici)


Dans les ASH du 4 mai, Joran Le Gall, assistant de service social et président de l'Association Nationale des Assistants de Service social (ANAS), affirme que « l’invisibilité des professionnels est corrélée à l’invisibilité des personnes dont ils s’occupent, et les plus démunis n’intéressent pas grand monde ».


A lire sur le site des ASH en accès libre pendant la crise du coronavirus (cliquer ici)


Un point de vue que pouvait questionner une étude de la FORS pour l'Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale (ONPES). Dans un article publié sur Cairn, les auteurs de l'étude affirmaient que "les travailleurs sociaux pourraient apparaître comme potentiellement co-producteurs de l’invisibilisation sociale. Leurs pratiques, représentations ou méthodologies peuvent ainsi largement participer à renforcer la distance entre les institutions et les personnes, à négliger certaines problématiques ou difficultés « impensées » de l’action sociale ou à générer de complexes processus de non recours et non accès aux droits sociaux".


"Les travailleurs sociaux : coproducteurs ou témoins de l’invisibilité sociale ?" Juliette Baronnet, Philippe Lyet, Virginie Poujol et Michel Valle - Recherche sociale 2015/3 (N° 215) (cliquer ici)


"L’invisibilité sociale selon les travailleurs sociaux : publics et mécanismes" (2015) (cliquer ici)


Dans La note d'analyse d'avril 2020, France Stratégie décrypte lLes métiers au temps du corona, relavant que cette crise sanitaire "rend visible des métiers souvent mal considérés se situant au sein d'une sphère sociale (les hôpitaux, la justice, les écoles, les services d'assistance) soutenue par la "main" protectrice de l'Etat-providence".


"Les métiers fortement mobilisés dans la crise sont aussi pour beaucoup caractérisés par des conditions de travail difficiles. Les infirmiers et sage-femmes, les aides soignants, les métiers régaliens ou professions de l'action sociale cumulent ainsi charge mentale et pression temporelle".


Lire La note d'analyse - France Stratégie - Avril 2020 (cliquer ici)







15 vues
  • Facebook Social Icon