Rechercher
  • bertrandidier

Micro-révolutions dans les institutions psychiatriques et éducatives


Des pratiques cliniques aux pratiques sociales : micro-révolutions dans les institutions psychiatriques et éducatives (chapitre deux)


L’ensemble des institutions sanitaires et sociales est aujourd’hui en grand danger. Le modèle entrepreneurial imposé à la gestion des hôpitaux psychiatriques comme des lieux de « soin » ou d’ « accueil » rend le travail institutionnel sur d’autres bases que la minimisation des coûts très difficile. La bureaucratisation croissante des procédures et des protocoles entraîne une normativisation mutilante de la souffrance psychique traitée de nouveau comme un « trouble ». Quant aux institutions, elles semblent impuissantes à remettre en question les critères de rationalité qui les fondent. Au nom d’un universalisme de plus en plus abstrait, elles se contentent d’ordonner ce qui est vécu comme différence à une offre de normes diversifiées, et dûment codifiées, qui réduisent le désir d’autonomie du sujet à son adaptation sociale, requalifiée d’inclusion. Dans cette situation il est impérieux de revenir sur le legs de la psychiatrie critique du XXème siècle et des divers courants qui l’ont traversé. Au-delà de leurs différends, ils nous ont enseigné qu’il n’y a d’approche que collective de la souffrance psychotique, bien que ou plutôt parce que la singularité de l’adresse du dit « fou » met le collectif face à ce qui « nous » manque à chacun pour faire communauté. En articulant ainsi pratiques cliniques et pratiques sociales, ces mouvements ont ouvert un champ de questions aussi bien anthropologiques que psychanalytiques et politiques abordées dans le cadre d’un premier séminaire, en 2020-2021, au Collège International de Philosophie. Face à la menace qui pèse sur le « service public », face à la régression dans la considération de la singularité de chacun sans laquelle la vie sociale se réduit aux purs effets de domination, comment pouvons-nous redonner droit de cité aux noms de folie et de psychose, comment pouvons-nous re-penser une notion comme l’inclusion, comment formuler le désir de collectif qui conduit certain·e·s à déserter à leur corps défendant les institutions ? Telles sont quelques-unes des questions que nous poserons cette année à et avec un certain nombre de collectifs et d’institutions, regroupant chercheurs et praticiens, dont Le Collectif de Pantin, les Nouveaux cahiers pour la folie, Le Centre Artaud, Autis’Mob, l’Association Pickler Loczy France et l’Institut contemporain de l’enfance.


Catherine Perret


Les séances auront lieu sur zoom les :

* 19 mars (Collectif de Pantin)

* 9 Avril (Nouveaux Cahiers pour la folie)

* 14 mai (Autis’Mob, CLE-Autistes)

* 25 Juin (Centre Artaud) de 10 heures à 13 heures dans le cadre de l’IMEC ainsi que le 17 Juin (Association Pickler Loczy et l’ICE) de 17 à 20 heures dans le cadre de l’IEA, avec le soutien du Collège International de Philosophie.


Pour vous inscrire, et recevoir le lien zoom, merci d’adresser un email à reservations@imec-archives.com




24 vues

Posts récents

Voir tout