Rechercher
  • bertrandidier

Non à la rentrée virtuelle !

Mis à jour : juin 22




En Belgique, enseignant·e·s, assistant·e·s, chercheur·euse·s, travailleur·euse·s et étudiant·e·s de l’Université Libre de Belgique disent non à la rentrée virtuelle : "après avoir vu décrocher parfois plus de 50% des étudiant·e·s des cours « digitalisés » (dont certain·e·s ont décidé de mettre fin à leurs études) ; après avoir constaté que près de 80% des étudiant·e·s estiment que le fait de ne plus assister physiquement aux cours a eu un impact négatif sur leur apprentissage ; après avoir expérimenté pendant deux mois et demi la pauvreté des réunions zoom, skype, teams, et autres, et la fatigue mentale qu’elles génèrent ; après avoir goûté l’insipidité des interactions que permettent les outils numériques et l’injustice et le stress qu’entraînent les évaluations organisées sous ces formats, nous disons « ça suffit ». Non, nous ne nous soumettrons pas à ce nouveau dictat".


Des affiches très réussies accompagne ce refus de toute généralisation du télé-enseignement.


Pour les découvrir (cliquer ici)


Cours en visioconférences mais aussi recrutements en visioconférence : L'UNAFORIS et l'IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne organisent en partenariat avec la société Worklib, le Forum national 1er emploi du social et médico-social en ligne le 18 juin 2020 de 8h à 18h. A quand les salaires virtuels ?


Lire sur le même sujet la tribune d'Alexandre Mayol, publiée dans Libération : "Faudra-t-il transformer les universités en supermarchés pour y revoir les étudiants ?"

0 vue
  • Facebook Social Icon