Rechercher
  • bertrandidier

Petite Enfance : tou.tes en grève le 6 octobre !




Le 6 octobre, le monde de la petite enfance sera dans la rue Contre la grande braderie de l'accueil des tout petits et Pour le retrait de la réforme des modes d'accueil


Pas de bébés à la consigne appelle à la grève de tou.tes les professionnel.les de la petite enfance, avec les parents, partout en France.


« Aujourd’hui, pénurie de professionnel.les qualifié.es en crèche. Demain, pénurie de bébés épanouis et réjouis ! »

Le collectif Pas de bébé à la consigne (1) ?


« Pas de bébés à la consigne » était le titre d’une pétition nationale diffusée au printemps 2009, qui portait sur les conditions d’accueil des jeunes enfants »



Le collectif Pas de bébé à la consigne (2) ?


Syndicat National des Professionnels de la Petite Enfance (SNPPE)


Dans un communiqué de presse du 22 septembre, le SNPPE exige des conditions de travail décente et l’abrogation de l’arrêté du 29 juillet ; il appelle l’ensemble des professionnel.le.s de la petite enfance à rejoindre la mobilisation portée par le collectif « Pas de bébé à la consigne » le 6 octobre.


Appel à la grève des principaux syndicats :


CFDT Interco


Contre la grande braderie de l’accueil des tous petits, la CFDT et le collectif Pas de bébé à la consigne appellent les professionnel·les de la petite enfance à se mobiliser car selon ce syndicat « ce texte vient définitivement entériner la réforme des modes d’accueil contre laquelle nous avons lutté pendant trois ans avec le collectif Pas de Bébés à la Consigne. Parce qu’il vient dire officiellement que l’accueil de la petite enfance, tout compte fait, ce n’est pas si compliqué puisqu’il ne faut pas de formation ! ».


Fédération CGT des services publics

Dans un préavis de grève pour le 29 septembre et le 6 octobre, la fédération CGT des Services publics, aux côtés des professionnel·les de la Petite Enfance, « dénonce fermement la dernière réforme des modes d’accueil et ses conséquences dramatiques tant pour les conditions de travail et de rémunération des agents, que pour la qualité d’accueil et la sécurité des enfants ».


Elle revendique entre autres « la réduction du temps de travail à 32 heures par semaine ; une politique ambitieuse de la Petite Enfance, véritable investissement pour l’avenir des enfants et de notre société ; un véritable service public de la Petite Enfance, seule alternative à la marchandisation du secteur ».


« Aussi, la CGT appelle à de nouvelles journées de mobilisations par la grève et la manifestation partout en France, dans l’unité la plus large, le jeudi 29 septembre 2022 et le jeudi 6 octobre 2022, aux côtés de Pas de Bébé à la Consigne ».


Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière (FO)


Dans son communiqué de presse du 21 septembre, la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière dénonce « le manque de considération de la part de certains employeurs locaux et du ministère détériore gravement ce secteur en charge de l’accueil des jeunes enfants » et « exige des actes et de nouvelles perspectives pour ces agents ! Il nous faut une véritable reconnaissance des personnels et des engagements clairs à la hauteur des enjeux ! ».


On y apprend que « FO revendique notamment les moyens en personnels suffisant pour garantir l’accueil et la sécurité des jeunes enfants au sein des structures, l’augmentation générale des salaires des agents et l’extension du CTI à tout le secteur de la petite enfance et « appelle à une journée de mobilisation, d’action et de grève le jeudi 6 octobre 2022 ».



FSU Territoriale - SNUTER


Dans un appel à la grève le 29 septembre puis le 6 octobre aux côtés du collectif Pas de bébé à la consigne, on peut lire que « la FSU Territoriale ne peut accepter que la politique du plein emploi se fasse au détriment de la qualité du service public, de l’accueil et de la sécurité des bébés, des conditions d’emplois des agent.e.s et sur le dos des populations les plus vulnérables ».



Lire aussi :


AssMat :« Face au manque d’attractivité du secteur, le collectif demande des revalorisations salariales immédiates et l’amélioration des conditions de travail ».


Les pros de la petite enfance : « Le Collectif Pas de bébés à la consigne invite les professionnels de la petite enfance avec les parents à débrayer le jeudi 6 octobre prochain. Ses principales revendications : le retrait de « l’arrêté autorisant à travailler en crèche sans diplôme ni expérience », l’ouverture de places supplémentaires dans les centres de formation, la revalorisation des salaires et l’amélioration des conditions de travail ».


53 vues