Ensemble, agissons contre le sans-abrisme !

18/09/2019

 

Le lundi 16 septembre, les associations de lutte contre l’exclusion ont présenté le manifeste « pour en finir avec le sans-abrisme ».Comme le rappelle le quotidien La Croix, " à Paris, le nombre de familles à la rue a atteint un sommet, alors que le système d’hébergement est totalement saturé. C’est une toute jeune femme qui se retrouve dans un campement dans le nord de Paris avec un nourrisson de moins d’un mois, faute d’hébergement à la sortie de la maternité où elle a accouché. Ou une dame enceinte, qui dormait dans le hall des urgences d’un hôpital avec son petit garçon de 2 ans et demi jusqu’à ce que des parents d’élèves solidaires se cotisent pour lui payer un hôtel. Une réfugiée yéménite sans solution de logement avec son garçon de 9 ans. Une mère avec sept enfants, ainsi que sa sœur, qui pensait trouver à Paris un toit après l’expulsion d’un squat. Ce sont enfin des couples avec un, deux ou trois enfants, obligés de dormir sur les trottoirs, dans des tentes, des parcs ou des recoins d’immeubles". 

 

Pour lire la suite de l'article de La Croix (cliquer ici)

 

Pour découvrir le manifeste et ses premiers signataires (cliquer ici)

 

Pour mieux comprendre ce qu'est le sans-abrisme, lire le rapport d'enquête (2018) d'Amandine Arnaud et Edouard Gardella pour l'observatoire du SAMU social de Paris et l'observatoire nationale de la pauvreté et de l'exclusion sociale (ONPES) : Le sans-abrisme comme épreuve d'habiter (cliquer ici)

 

Rappelons que 30 associations qui agissent auprès des sans-abris ont par ailleurs déposé un recours devant le Conseil d'Etat afin d'obtenir en référé la suspension puis l'annulation de la circulaire du 4 juillet 2019 relative à la transmission d'informations individuelles et nominatives à l'OFII des personnes demandant l'asile et des personnes réfugiées hébergées dans les centres d'hébergement d'urgence.

 

Pour prendre connaissance de ce recours (cliquer ici)

Please reload